Groupes de réflexion

 



Veuillez trouver ci-joint les synthèses des 2 groupes de réflexions qui ont eu lieu lors de la journée du 22 Juin

L'espace numérique sécurisé Patient : comment partager les informations avec le patient ? et avec les professionnels de santé libéraux ?

Contexte :

On parle de plus en plus souvent de coffre-fort numérique. Ce concept est bien connu des banques mais également dans le domaine de la RH pour la dématérialisation des fiches de paies. Qu'en est-il de son utilisation dans le monde de la santé ? Le coffre-fort patient est-il la propriété du patient, de l'établissement qui l'a créé, d'un GHT, … ? Quelle différence entre coffre-fort numérique et espace patient sécurisé ?

Coffre-fort numérique (CFN) :

Le coffre-fort doit être un espace sécurisé personnel. L'identification pour y accéder doit répondre à des normes strictes, tandis que les données du patient doivent être placées dans un data center HDS.
Au contraire d'un espace patient sécurisé qui lui pourrait être accessible par différents intervenants médicaux en plus du patient (médecin traitant, établissement hospitalier, …)

LIRE LA SUITE 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'imagerie médicale au sein d'un territoire : comment intégrer le partage des images médicales dans la gestion des contenus cliniques ?

Contexte :

Les PACS sont vieillissants et on atteint les capacités maximales possibles d'hébergement. On se pose dès lors des questions sur l'archivage. Quel archivage ? Quel est le besoin ? A partir de quand peut-on archiver ? Quel est le contexte juridique ?

L'archivage des données :

Il existe une importante différence entre l'archivage informatique, actuellement utilisé, et l'archivage numérique, à valeur probante.
La majorité des établissements ne se pose pas aujourd'hui la question des risques liés à l'archivage et n'a donc pas établi de démarche en ce sens.
Concernant l'imagerie, la question s'est posée de savoir quels documents il fallait garder, face à la difficulté de stocker toutes les images produites. En effet, seules quelques-unes sont utilisées pour établir un diagnostic.

LIRE LA SUITE

 


 

Vous souhaitez une démonstration dans votre établissement ?
Vous souhaitez nous faire part de vos projets ?

Contactez-nous au 03.28.55.67.07 ou par mail chloe.dejonge@e-sis5962.fr